PALMARÈS – Année 2016

apollo-brown-and-skyzoo
#10 : Apollo Brown & Skyzoo – The Easy Truth

On y est habitué depuis maintenant quelques années, Apollo Brown dispense des petites mixtures que l’on digère sans cesse sans souci. Preuve en est, il propose plus d’un projet par an (cf : l’album d’Ugly Heroes sorti également en 2016). Ici, avec au micro le compère Skyzoo. Exemple de simplicité et pourtant laissant une trace unique, THE EASY TRUTH s’apprécie comme un bon vieux rhum fort en âge.

j

Tiers-Monde

#9 : Tiers Monde – No Future

Après un premier essai partiellement accompli (cf: TOBY OR NOT TOBY), la moitié de Bouchées Doubles se lance une deuxième fois dans l’exercice de l’album solo avec NO FUTURE. Plus consistant et surtout cohérent, Tiers Monde semble avoir trouvé son rythme de croisière sur ce projet. Des textes touchants retranscrivant le malaise et l’élitisme lattant de notre société moderne. Cet album fait néanmoins preuve d’optimisme, comme quoi la solidarité n’est pas pour autant morte. Une vraie belle réussite.

j

ScHoolboy

#8 : ScHoolboy Q – Blank Face LP

Il est arrivé masqué – une fois de plus – pour tout défouraillé, les dents qui rayent le parquet. Pourtant, une fois n’est pas coutume, ScHoolboy Q s’essaie ici à des exercices plus périlleux, là où on ne l’attend pas. Des prises de risques fortes appréciables et à encourager. Un accès plus difficile au premier abord pour l’auditeur certes mais une empreinte plus marquée sera laissée à long terme. Le rappeur de TDE continue de grandir et sa musique, elle, s’élève vers d’autres niveaux, encore inexplorés.

j

mick-jenkins

#7 : Mick Jenkins – The Healing Component

Avec son premier album Mick Jenkins nous apprend à nous aimer et à aimer les autres. Une fable moderne conté par la voix rauque du prodige de 25 ans. Une faible exposition pour un des plus beaux albums de 2016 qui transforme les essais précédents de Mick. Qui aurait cru que ce bel espoir d’amour nous viendrait de Chicago, l’une des plus violentes villes des États-Unis ?

j

z-ro

#6 : Z-Ro – Drankin & Drivin

La même voix pour la même magie. Chaque nouvel album de Z-Ro s’accompagne toujours de l’excitation d’assister à la genèse d’un héritage qui sera tellement dur, voir même impossible à assumer pour les générations à avenir. DRANKIN & DRIVIN n’invente rien dans les thèmes mais nous enchante toujours et hypnotise son auditoire à l’aide d’une formule proprement unique créée par un artiste devenu légende.

j

pnl

#5 : PNL – Dans La Légende

Moins d’un an après LE MONDE CHICO les deux frères du 91 battent le fer tant qu’il est chaud en essayant de rentrer DANS LA LÉGENDE. S’éloignant encore un peu plus du rap « traditionnel » (même si ça ne veut rien dire) de leur début (QUE LA FAMILLE puis LE MONDE CHICO), PNL fait le choix d’enfoncer le clou-d rap dans leur identité musical. Un pari qui se révèle largement gagnant. Une nouvelle réussite pour les fans du genre, bien sûr.

j

westside-gunn-flygod

#4 : WestSide Gunn – Flygod

Sans aucune contestation possible ma révélation de l’année 2016 est WestSide Gunn. Un mélange savant d’influences actuelles et d’hommage au passé, tout ça saupoudré de boom-bap bien senti. Ajouter à cela une mythologie d’histoires de rue glaçantes et des références à la série mythique The Wire. On obtient l’un des plus beaux projets de 2016, l’un des plus complets, variés et pourtant cohérents. FLYGOD est une merveille. ENCORE !

j

yg-still-brazy-cover-jpg

#3 : YG – Still Brazy

En parlant « d’hommage au passé », avec STILL BRAZY YG a redonné vie comme il se doit à la g-funk que l’on n’entendait plus tellement dans les derniers albums westcoast mainstream. Un sous-genre revisité et qui fait hocher la tête sans interruption aucune. Le rappeur de Bompton nous propose un deuxième album, bien plus convaincant que son aîné, au discours gangsta-rap et très chargé en sujets sociétaux et politiques/polémiques. Son single « F*ck Donald Trump » avait allumé les poudres et le feu d’artifice ne semble pas prêt de s’arrêter…

j

anderson-paak

#2 : Anderson .Paak – Malibu

Anderson .Paak était la révélation de 2015 par l’intermédiaire de COMPTON de Dr. Dre, 2016 aura connu sa confirmation avec l’exquis MALIBU. Dans la lignée de VENICE, le prodige à la voix unique nous conte ses histoires au rythme californien, des ballades comme des récits (bien) plus personnels. En plus d’être un auteur, compositeur, interprète hors pair, le dernier protégé d’André Young est une bête de scène et un incroyable batteur. À voir d’urgence.

j

kevin-gates

#1 : Kevin Gates – Islah

La première place de ce classement est occupée par ISLAH de Kevin Gates depuis le 29 janvier 2016. Ce choix n’en est pas un tellement c’était une évidence. Après des années de galères, de mixtapes et projets en tout genre, le natif de Baton Rouge propose -enfin- son premier album studio. Et quel album… 15 morceaux sans aucun feat comme pour prouver qu’il n’a besoin de personne et c’est bien le cas. Son timbre de voix, son talent au chant, ses flows. Tout ça offre une variété qui évite tout ennui pendant la globalité de l’album. Depuis le 30 août, l’album est officiellement certifié platine (1M d’exemplaires vendus), Kevin Gates n’a vraiment besoin de personne effectivement…

Publicités